• Journal de Gabriel

     

    Journal de Gabriel

     

    Dans la Cité désertée d'Eden XIII, on y découvrit des pans de murs entiers recouverts de textes et de symboles.

    Certains étranges et cabalistiques faisaient penser à l'oeuvre d'un dément, tandis que d'autres, plus cohérents, racontaient l'histoire d'un jeune garçon se prénommant Gabriel.

     

    Inscriptions semblant les plus anciennes :

     

     

    A toi, qui trouveras ces écrits,  je m’appelle Gabriel ...

    …Si j’ai voulu laisser une trace de mon passage ici, c’est parce que je voulais qu'on se souvienne de moi.

    Je voulais que l’on sache, ce qu'il s’y était passé, les horreurs que j'y ai vues.

    Je n’ai jamais voulu atterrir ici, mais on ne m’a pas laissé le choix.

    Autrefois j’aimais la solitude, d’ailleurs je faisais tout pour fuir les gens, mais maintenant, je ferais n’importe quoi pour avoir la chance de parler à quelqu’un … de vivant …

    Il faut parfois faire attention aux souhaits que l’on fait, lorsqu’ils se réalisent, ce n’est jamais vraiment ce que l’on avait imaginé.

    A présent, je connais la Vraie Solitude.

    Mon pouvoir me permet de fuir ce présent et cette réalité que je déteste, mais je le hais tout autant pour les horreurs qu'il me fait voir la plupart du temps. En plus, je ne pourrai pas toujours me réfugier dans le passé, au Temple ils me l'avaient dit, je ne dois jamais rester trop longtemps là-bas sinon je risque de rester coincé dans le passé. Je dois affronter le présent...pourtant j’ai tellement de mal à voir mon avenir dans ces décombres obscures.

    Je te hais oncle Abel pour m’avoir envoyé dans ce désert sans vie !

    Je n’y ai pas ma place … Avant, au moins, je  servais à quelque chose, j’étais convoité, envié, détesté … c’est vrai que les enfants sont parfois cruels, mais au moins j’existais. J’avais un foyer, des amis...ouais seulement deux ok ...

    ...Ici, je suis libre,  c’est vrai ! Je peux faire ce qu’il me plait ; pas d’heure pour manger ou se coucher ; pas de règles ; pas de cours ; pas de brimades…  mais dans ce monde sans vie, je me sens si seul ! Il n’y a personne à qui parler, personne à qui faire partager ma souffrance,…personne, à part moi...et à l'extérieur, le vent et le sable… toujours ce vent qui hurle et ce sable qui s'insinue de partout.

     

                Je n’aurais jamais dû m'enfuir du Temple pour te suivre, mais tu m’avais promis que tout cela cesserait...oui tout serait fini si je te suivais.

    Tu m’as délivré de mon ancienne prison, pour m’en plonger dans une autre bien plus terrible… celle de la solitude.

    Toi l’homme vêtu de noir, tu étais venu de nulle part. Tu t’étais fait passer pour mon oncle, d'ailleurs l'étais-tu vraiment ?...Et tu m’as abandonné !

    Tu me disais : « tu vas voir, là-bas tu seras à l’abri. Ils ne pourront pas venir te chercher ».

    Et pour me convaincre, tu m’avais ajouté : « tu sais ce qu’ils te feront s’ils te retrouvent »

    … Oh oui, je savais ce qu’ils allaient me faire, mais était-ce pire qu’ici ? Chaque souvenir se trouvant dans cette ville souterraine, chaque son, chaque lieu empestent la mort et la poussière.

    La mémoire de ces murs me rappelle combien l’Homme est sadique … Pourtant, je préférerais cent fois me retrouver parmi ces mêmes hommes plutôt que de rester seul ici…dans le noir.

    Seul avec mes peurs, seul avec moi-même.

     

     

     

    Ailleurs sur un autre pan de mur…

     

    Suis-je en train de rêver ?

    Serais-je déjà mort ?... Peut-être…

     

    Je ne sais plus où j’en suis, je ne sais même pas quel jour nous sommes.

    Il n’y a rien pour différencier le jour de la nuit ici, tout y est si sombre.

     

    Je passe mon temps à me lamenter sur mon sort, mais est ce que ça a fait changer les choses ?? Non !!

     

    J’en ai assez ! Si ça continue je vais mourir…mais JE NE VEUX PAS MOURIR !!

     

    Si je ne fais rien, rien ne se fera tout seul ! Je dois me ressaisir, je dois affronter mes peurs !

     Y arriverais-je ?

     

    Je dois trouver une solution et devenir plus fort, je dois affronter l’Horreur !

     

    …un peu plus loin...

     

    Pendant 2 ans, j'ai "visité" des centaines de lieux et d'époques différentes et j'y ai découvert des choses insoupçonnables.

    Avec le temps notre véritable histoire était devenue obscure, même pour les nôtres, les nombreuses guerres qui frappèrent nos civilisations avaient contribué à nous effacer du Grand Livre de l'Histoire.
    Pourtant certains, comme ceux du Néo Temple, avaient réussi à conserver et à archiver un grand nombre de ces connaissances. Et c'est grâce à de longues recherches qu'ils ont réussi à faire de formidables découvertes archéologiques. Ils ont mis la main sur de véritables reliques sans âge qui les menèrent à d'anciens lieux et de ces anciens lieux, ils découvrirent d'autres sites encore plus anciens... 

    Pourquoi vouloir raviver un passé éteint, et dans quel but ?
    J'aurais voulu pouvoir vous dire qu'une nation se doit, afin de repartir sur de bonnes bases bien solides, de connaître les erreurs qui l'ont fait sombrer.
    J'aurais aimé vous dire aussi que le bien de l'humanité en dépendait, malheureusement les véritables raisons n'étaient guère différentes de celles qui les avaient fait disparaître.
    Le Pouvoir, la Gloire, la Domination, la Revanche,... voici quels en étaient les motivations, retrouver sa place au sommet de l'échelle des peuples, et moi j'ai contribué à tout cela.
    Je sais que ça fait prétentieux de dire ça mais sans moi ils n'auraient jamais pu y arriver et croyez-moi, aujourd'hui je dois vivre avec ce fardeau.

    J'ai été formé au sein du Néo-Temple, dans le but de retrouver l'origine de cette grandeur et grâce à leur énormes collection d'Artefacts anciens, j'ai pu visiter ces époques oubliées.
    J'ai démêlé le vrai du faux, sans me poser de questions, et je leur ai livré le passé sur un plateau d'argent.
    Petit à petit, je leur ai donné l'emplacement exact de toutes les cités perdues dans le monde entier.

    La plupart étaient devenues inaccessibles, d'où la nécessité de créer une Brigade hors du commun, dont j'ai fait parti.

    Cette Brigade était composée de divers équipes adaptées à tous les types de terrains; terrestres, sous-marins, aériens...Et elle officiait dans le monde entier pour une seule et unique mission.

    Ils nommèrent cette mission : Le Projet Phoenix.

    C'était une période fascinante et pleine d'aventure, qui je pense nous marqua tous à tout jamais. Surtout pour ceux qui, comme moi, sont encore vie, mais croyez-moi, aujourd'hui il en reste très peu. 

     
    On m'avait attribué la fonction MPA-4, c'est à dire Médium Psychométrique-Archiviste de classe 4.
    Ca peut faire un peu pompeux comme titre pour un gamin de 10 ans, mais l'âge n'a rien à voir dans l'affaire.
    Nous ne sommes pas comme vous, humains, la plupart des enfants du Néo-temple, sont comme moi, c'est-à-dire différents.
    Nous possédons tous des facultés qui nous permettent de collaborer à de Grands Projets dès notre plus jeune âge.

    Le Néo-temple Millénaire était une sorte d'organisation qui, sous le couvert d'orphelinats, rassemblait tous les descendants de cette race déchue. Le sang étant parfois si mélangé qu'il n'en restait qu'une infime parcelle, mais même eux étaient enlevé à leurs parents, de gré ou de force.


    Autrefois on les connaissait sous un autre nom, il était synonyme de puissance et de savoir, et pendant des centaines de milliers d'années aucune autre civilisation n'est jamais parvenu à atteindre un tel apogée.

    On les appelait les Milléniums

    Pourtant, chose ironique, aujourd'hui plus personne ne se souvient d'eux. Pour la race humaine ils ne sont devenus qu'un mythe englouti dans l'océan, tandis que pour nous ils représentent notre avenir.

    Je dis "nous", mais je ne suis pourtant pas comme eux. Je ne fais pas partie de leur caste élitiste et je refuse de participer à ce qui va se produire : le génocide de la race Humaine.


    Moi, je ne suis pas un Millénium et j'en suis fier ! Autrefois mes ancêtres luttaient de toutes leurs forces contre leurs invasions sans cesse grandissantes, ces héros s'appelait "les Darkchefiers".
    Ils avaient même réussi à les repousser en les faisant se retrancher dans leurs forteresses souterraines, les Edens. Mais ils ne purent pénétrer les boucliers de ces cités imprenables. Ils perdirent de nombreux soldats durant ces assauts et après un siège qui dura de nombreuses années ils durent renoncer.

    Par la suite, nul ne sait ce qu'il advint, certains prétendent que ces guerres incessantes avaient rendu les terres stériles, obligeant les survivants à s’exiler.
    J'ai d'ailleurs retrouver de nombreuses traces d'exodes durant mes voyages, mais après ces événements aucun des peuples rescapés ne pu retrouver son prestige d'antan.
    Enterrés dans leur cité, les Milléniums devinrent un peuple décadent au point d'en arriver à commettre des aberrations.

    C'est dans l'une d'entre elle que je me trouve aujourd'hui. Oui c'est ironique n'est-ce pas ?
    Je me retrouve dans l'Eden numéro XIII et je ne peux pas en sortir.
    J'ai tenté d'en savoir un plus sur cet endroit mais les visions que j'en ai eu, m'empêche encore de fermer l'oeil.
    Chaque nuit d'horribles cauchemars m’assaillent.
    J'en avait assez, je ne pouvais plus lutter contre ces visions, chaque objet que je touchais me pétrifiait de terreur. J'ai donc cessé d'avoir tout contact avec eux. Et plutôt que de me les couper, j'ai bandé mes mains avec du tissu. A présent j'essaye juste de survivre, mais je suis malheureusement lié à cette cité.
    Je sais qu'un jour je devrais affronter tout ça, mais pour l'instant je ne suis pas encore prêt.

     

     

    Quasiment effacés par l'usure du temps, des symboles dansent le long de certains murs...

     

    Journal de Gabriel


     

     

    Le Projet Phénix : Les Kybalions

     

     Lorsque j'ai été choisi pour le Projet Phénix, je ne savais pas très bien où j'allais. Comme à l'accoutumé, on ne m'avait pas vraiment laissé le choix et j'avais pris l'habitude de me laisser mollement trimbaler.
    On m'avait dit : "Tu va aller là, tu feras ça, avec..." Pour être honnête, je n'avais même pas écouté ce qu'ils me disaient "...Pour le bien du Néo-Temple" j'avais fini par entendre. 


    Ca ne m'avait pas trop changé de d'habitude, alors je ne m'étais pas posé de question. Vous savez à force de matraquage on fini par devenir de vrais ptits robots.

    On m'avait donc placé dans cette équipe, qu'ils nommaient Kybalion, avec pour symbole un oeil ouvert.
    Elle comptait déjà cinq membres et j'en étais le sixième.
    Ils étaient, pour la plupart, tous plus âgés que moi et semblaient tous posséder le talent de médium sauf un.

    Celui-là était pire que moi, un asocial complet du nom de Simon Rothaariger il détestait vraiment les gens, préférant vivre à l'écart tel un animal recroqueviller sur lui-même. Il réalisait des automates extraordinaires qui prenaient vie devant mes yeux à une vitesse folle.
       
    Les autres étaient, heureusement, plus sociables. Ils étaient,...pardon, je voulais dire, elles étaient vraisemblablement ravies de servir au Projet.
    Je fais mon petit mec blasé, mais j'étais, moi aussi, content de servir à quelque chose.

    Parmi ces filles, il y avait une certaine Olivia Dante, qui possédait un pouvoir extraordinaire. Elle était capable de reconstituer dans sa totalité un objet cassé ou abîmé.
    Son don de médium lui servait à visualiser ce qu'il avait été autrefois, ensuite elle agissait sur la matière pour le recréer. C'était vraiment un don exceptionnel.
    Je m'étais tout de suite dit qu'on pourrait faire un sacré équipe ensemble, mais malheureusement, une fois réparé, les objets n'avaient plus aucune émotion ou alors à peine, des résidus du morceau d'origine.
    J'étais quasiment incapable de voyager au travers et j'avais été très déçu. Bien sûr ça n'empêchait pas à Olivia d'être une personne formidable, mais ça mettait fin à un duo qui n'avait jamais commencé.

    Il y avait aussi dans l'équipe, Lithicia Bernard et Antinisca Rosi. La première était capable de dater le jour de la création de n'importe quel objet, bâtiment, personne ou animal...Tandis que la deuxième était une linguiste-cryptographe hors pair spécialisée dans l'étude des langues et symboles du Millénium.
    Quand à la dernière, c'était une personne très bizarre, elle avait le don de parler avec les morts et lorsqu'elle se mettait à parler toute seule, c'était vraiment flippant.

    Mise à part Simon, dont je ne comprenais pas l'utilité dans le groupe, j'étais plutôt content de faire partie de cette équipe.

    On nous avait annoncé qu'on aurait aussi un chef mais personne ne l'avait encore aperçu et les filles se posaient tout un tas de questions à son sujet.
    Elle l'espérait grand, beau et fort, avec un air mystérieux...Aaaah les filles, c'est bien toutes les mêmes !!

    Nous étions en train de déjeuner quand il fit son entrée.

    Malgré tout mes efforts je n'avais pas su cacher mes émotions, de serein et ravi, je tombais à genoux blanc comme un linge, les larmes aux yeux. C'était comme si je m'étais transformé en une grosse flaque d'eau, frappant et éclaboussant le sol avec force.
    Lui, bien sûr, ça l'avait fait sourire, il aimait tant me voir dans cet état. Les filles, elles, les yeux rivés sur lui, n'avaient même pas remarqué ce qui m'était arrivé, de toutes façons elles avaient eu ce qu''elles voulaient, un homme grand, beau et fort.
    Essuyant mes larmes je m'étais remis debout voulant l'affronter du regard, mais lui m'avait totalement ignoré, comme si je n'étais rien, comme si je n'existais pas.
    Je m'étais dis à ce moment là, qu'un jour je deviendrais suffisamment fort pour pouvoir lui faire payer et lui il m'avait répondu mentalement, que mon heure viendrait, mais que pour l'instant nous allions devoir travailler ensemble.

    J'ai toujours détesté ces télépathes de merde, à fouiller comme des creuvures dans le cerveau des autres, mais toi, Karl Allistair, je t'ai haï comme personne d'autre et bien que tu sois mort à présent, je te hais encore plus
    aujourd'hui.
    Tu m'avais tout pris...ma mère, ma liberté, ma vie...Crève pourriture !

    Vous voyez le pendentif que j'ai autour du cou, c'est lui qui me l'a "offert", il me venait de ma mère. A cette époque ni lui ni moi ne connaissions mon pouvoir sinon je pense qu'il ne me l'aurais jamais rendu.
    Je voulais tellement connaitre ma mère, savoir si j'avais compté pour elle, savoir si elle m'avait au moins aimé...savoir comment était-ellet, connaître son prénom ?? Je n'avais aucun souvenir, alors je n'arrêtais pas de
    poser des questions auprès de ceux qui aurait pu la connaître mais tout ce qu'on m'a répondu, c'estt que je n'avais jamais eu de parents, que j'étais tombé des cieux dans un grand éclat de lumière tel un ange déchu.
    Une personne "charitable" du Temple m'avait alors recueilli pensant avoir ramasser un ange, me nommant ainsi Gabriel en comparaison à l'un d'eux....Gabriel Descieux c'est comme ça qu'il m'avait appelé.
    C'est dingue ce que les adultes peuvent prendre les enfants pour des cons !
     
    Alors je me suis prostré et j'ai cessé de m'alimenter. Voyant que je me laissais mourir, ils ont tenté divers approches mais rien n'y faisait.

    Puis Karl est arrivé. Il est venu vers moi et m'a tout raconté. Elle s'appelait Clémentine et c'était une femme magnifique. Ils avaient été des amis très proches, ils avaient même fait équipe autrefois, mais elle avait du s'arrêter parce qu'elle était enceinte de moi. Elle attendait avec une grande impatience ma venue. Malheureusement l'accouchement s'était très mal déroulé et elle en était morte.
    Ne pouvant pas s'occuper de moi, Karl m'avait placé dans ce centre pour enfants spéciaux, il le connaissait bien puisse que lui-même y avait grandi.
    Avant de partir il m'avait donné ce pendentif en forme de Spirale, qui avait appartenu à ma mère. Elle y tenait beaucoup d'après lui, c'était un objet très ancien qui lui venait de sa mère et de sa mère avant elle...
    Il termina en me disant que lorsque je me sentirais seul je n'aurais qu'à le serrer fort contre moi, c'est ce que je fis.
    Il me promit qu'il reviendrait me voir dès que ça lui serait possible, et il s'en alla.

    C'était formidable ! C'était tout ce que j'avais voulu entendre, encore plus beau que dans mes rêves.

    Ah ils sont forts ces télépathes !

    Malheureusement pour lui, C'était cette nuit-là que mon pouvoir est apparu, sans doute avais-je dû serré trop fort mon précieux pendentif.
     
    Ca avait commencé par des flashes dans ma tête et des images défilant devant mes yeux à m'en faire exploser le cerveau.
    Je ne comprenais pas ce qu'il m'arrivait et j'étais terrifié, pourtant ça n'était rien en comparaison de ce que j'allais vivre par la suite.
    Après ce déferlement d'images, je me suis senti aspiré par mon médaillon et là se fut vraiment horrible, j'ai cru que j'allais mourir. C'était comme une impression de ne plus exister. Je m'étais retrouvé dans le noir le plus complet pendant un temps qui m'avait paru être une éternité, avant de voir apparaître des petites billes de lumière dansant autour de moi. L'une d'entre elles s'était mise à devenir de plus en plus lumineuse et pendant qu'elle grossissait je voyais apparaître à l'intérieur l'image d'une chambre, d'une femme et d'un bébé. De nouveau je m'étais senti aspiré vers cette lumière.

    C'était incroyable ! Je devais rêver, pourtant tout me paraissait si réel, j'entendais même chaque sons, je sentais chaque odeurs... Cette femme, ce bébé, jouant là devant moi, faisant balancer son pendentif au-dessus de sa petite tête blonde.

    La scène avait continué de se jouer comme si j'avais été un spectateur invisible.

    Quelqu'un avait frappé à la porte et la femme s'était levée d'un bon, comme si elle avait craint quelque chose. 

    Remettant l'enfant dans son berceau, elle semblait aux aguets. Elle avait sorti un revolver de sa veste et s'était dirigée vers la porte d'entrée avec prudence.
    Ne sachant pas encore comment me déplacer j'étais rester dans la chambre avec le bébé. Dans la pièce d'à côté une dispute faisait rage. Il était question de l'enfant, je n'entendais pas les réponses de l'autre
    personne, mais elle était là pour prendre le bébé et la mère s'y opposait. Elle disait : " Non, regarde ce qu'ils ont fait de nous,... je refuse de leur laisser mon fils !... Ils nous ont transformés en limier et il feront pareil avec lui...je ne veux pas qu'il vive ce que j'ai vécu...Nous avons détruit tellement de famille...Et puis arrête Karl, je déteste quand tu fais ça, sorts de ma tête !..."
    A l'entente de ce prénom mon coeur s'était serré. Sans savoir comment, J'avais été projeté dans la pièce d'à côté et me retrouvais derrière la femme et face à Karl.
    Elle pointait son arme sur lui en lui ordonnant de partir, mais il ne bougeait pas. 
    Le voyant plus jeune que je ne l'avais vu la veille, je commençais à comprendre ce qu'il se passait. Les éléments petit à petit s'imbriquait dans mon esprit; le pendentif; le bébé; cette femme et maintenant Karl.
    J'avais toujours espéré pouvoir vivre un tel instant et je n'avais pas pu m'empêcher de lâcher un : " Maman ? C'est toi ? ".
    La plus incroyable des choses s'était produite alors, elle s'était retournée dans ma direction me regardant droit dans les yeux. Elle m'avait sourit et délicatement elle avait posé son doigt sur sa bouche, comme
    pour m'intimer de me taire. Elle avait de nouveau fait face à Karl, qui pour la première fois allait ouvrir la bouche.
    " Clem, tu ne me laisses pas le choix, tu sais mieux que moi ce qu'il représente pour eux... " Il fit ensuite un geste comme s'il manipulait une marionnette. Alors elle s'était figé. Il avait pointé ses doigts sur sa tempe et elle en avait fait de même avec le révolver. Il avait dit " Tires !" et elle avait tiré...

    La suite vous la connaissez, Karl n'avait pas menti sur toute la ligne, il m'avait ramené au Néo-Temple et j'y avais grandi...

    Je t'ai haï, Karl, je t'ai tant haïs !

     

    Sur le sol une veille feuille de papier jaunie par le temps sur laquelle est inscrit ceci :

     

    Le PROJET PHENIX :

    Nom de la brigade : LES ELEMENTS

    - EQUIPE ESPRIT : Les Kybalions


    Chef d'équipe : Karl Allistair : T-5 ( Télépathe Classe 5 ) : Spécialité : Traque et espionnage psychique : Décédé

    - Olivia Dante : MMM-5 ( Médium Manipulation Matière Classe 5 ) : Spécialité : Reconstrution d'objet ancien : Décédée
    - Antinisca Rosi : MLC-5 ( Médium Linguiste-Cryptographe Classe 5 ) : Spécialité : Déchiffrage Fresque Millénium : Décédée en mission
    - Simon Rothaariger : GM-4 ( Génie en Mécanisme Classe 4 ) : Spécialité : Donne la vie à des automates : Encore en vie
    - Lithicia Bernard : M-3 ( Médium Classe 3 ) : Spécialité : Datation des objets : Décédé en mission
    - Alenka Wolkoff : M-3 ( Médium Classe 3 ) : Spécialité : Parle avec les morts : Devenue démente
    - Gabriel Descieux : MPA-4 ( Médium Psychométrique Archiviste Classe 4 ): Spécialité : Voyage astral à travers la mémoire des objets :
    Encore en vie  Disparu
     

    - EQUIPE TERRE : Les Golems

    Chef d'équipe : Judicaël Tannenbaum : MT-5 ( Magie de Terre Classe 5 ) : Spécialité : Tremblement de terre : Disparu

    - Goliath Della Terra : FoS-5 ( Force supra Classe 5 + peau impénétrable, tant que ses pieds touchent le sol ) : Spécialité : Tout défoncer ( dur à stopper ) : Encore en vie
    - Davina Kastifer : P-3 ( Polymorphe Classe 3 ) : Spécialité : Transormation en Loupiote, vol et Détection de la magie : Disparue
    - Coraline Mac Keane : CV-4 ( Contrôle la végétation Classe 4 ) : Spécialité : Parle aux plantes : Décédée
    - Connor O'Brian : MT-3 ( Manipulation Terrestre Classe 3 ) : Spécialité : Création de Golem : Encore en vie
    - Amano Djakou : LT-4 ( Linguiste Terrestre Classe 4 ) : Spécialité : Dialogue avec les Arbres : Décédé en mission


    - EQUIPE FEU : Les Salamandres

    Chef d'équipeD'lon Solé: MF-5 ( Magie de Feu Classe 5 ) : Spécialité : Tempête de Flamme : Disparu

    - Haroun El-Fassi : BT-4 ( Bouclier Thermique Classe 4 ) : Spécialité : Résistance aux très hautes températures : Encore en vie
    - Serj Tabakovic : AC-3 ( Absorbeur de Chaleur Classe 3 ) : Spécialité : Créer un froid là où il fait chaud : Encore en vie
    - Philippe Boule : TG-3 ( Touché Glacé Classe 4 ) : Spécialité : Congelé : Encore en vie
    - Cassandra Blair : CF-4 ( Controle du Feu Classe 4 ) : Spécialité : Eteindre un feu : Encore en vie


    - EQUIPE AIR : Les Zéphirs

    Chef d'équipe : Katsuhiro Shiro : MA-5 ( Magie de l'Air Classe 5 ) : Spécialité : Vol : Encore en vie

    - Irina Djakof : MA-4 ( Médiume Astrale Classe 4 ) : Spécialité : Passe-Muraille et invisibilité : Décédée en mission
    - Jérémy Ward : B-4 ( Bouclier Classe 4 ) : Spécialité : Champ de force : Encore en vie
    - Willy Sparrow : D-3 ( Difformité Homme-Oiseau Classe 3 ) : Spécialité : Vol: Disparu
    - Olympia Trent : E-3 ( Eclair Classe 3 ) : Spécialité : Flinguer les appareils électriques : Encore en vie


    - EQUIPE EAU : Les Léviathans

    Chef d'équipe : Andora Sun : ME-4 ( Magie de l'Eau Classe 4 ) : Spécialité : Détection de l'eau : Encore en vie

    - Messine Andros : M-2 ( Métamorphe Classe 2 ) : Spécialité : Transformation en sirène + Amphibie : Disparue
    - Pablito Sanchez : D-4 ( Difformité Homme-Poulpe Classe 4 ) : Spécialité : Bras tentacule, Amphibie et Photoluminescence : Disparu
    - Erik Hornfiskr : S-4 ( Sonar Classe 4 ) : Spécialité : sonder le fond des océans et désorientation des animaux marins : Encore en vie
    - Jimmy Fisher : D-3 ( Difformité Homme-poisson Classe 3 ) : Spécialité : Amphibie + Résistance à la pression des hauts fonds : Décédé en mission
    - Tony Fisher : D-3 ( Difformité Homme-poisson Classe 3 ) : Spécialité : Amphibie + Résistance à la pression des bas fonds : Disparu


    - EQUIPE PROTECTION : Les Gardiens

    Chef d'équipe : Akim Al-Hazred : Fo-2 I-4 ( Force supérieur Classe 2 + Influence Classe 4 ) : Spécialité : Persuasion Connard : Encore en vie

    - Thomas Blanchard : CS-4 ( Contrôle du sang Classe 4 ) : Spécialité : Vider les gens de leur sang ( psychopathe ) : Disparu
    - M'la Solé : FN-3 ( Flamme noire Classe 3 ) : Spécialité : Flammes liquéfiantes Protéger les plus faible : Encore en vie
    - Ryan Knight : RD-4 ( Rayon Désintégrateur Classe 4 ) : Spécialité : Détruire : Atomisé en mission
    - Heinrich der Hasenfub : T-4 ( Télépathe Classe 4 ) : Spécialité : Scanne mental  Caftage : Décédé
    - Lin Yao Tsing : Té-4 ( Télékinésiste Classe 4 ) : Spécialité : soulever 2 tonnes par la pensée : Encore en vie
    - Nikos Isidaris : AE-3 ( Absorbeur d'énergie Classe 3 ) : Spécialité : Petite centrale nucléaire : Décédé en mission


    - EQUIPE SOUTIEN :

    Chef d'équipe : Clarisse Clearwater : G-5 ( Guérisseuse Classe 5 ) : Spécialité : Soin des blessures graves : Encore en vie

    - Stewart Mc Kenzy :
    TGLD-5 ( Téléporteur Groupe Longue Distance Classe 5 ) : Spécialité : Transport de groupe mon meilleur ami : Décédé
    - Higye Carousa : G-3 ( Guérisseuse Classe 3 ) : Spécialité : Soin des fractures : Encore en vie
    - Térésa Martin : T-4 ( Télépathe Classe 4 ) : Spécialité : Soin Psychique : Décédée en mission



    ...Puis vint Caleb Masterson : SP-10 ( Sang Pur Classe 10 ) : Spécialité : Absorbtion de pouvoir et autres inconnus : Disparu (écrit au crayon sur la feuille)


    -------------------------

     

    Créer la vie
    Satisfaire le vide
    Subir le châtiment
    L'Horloge avance
    Modifié l'Histoire
    
    Lucian je t'en pris, prête moi ton savoir !
    
    Le monde ne sera bientôt qu'une mer de sang, dans mes mains c'est écrit.
    
    Carbone - Hydrogène - Oxygène - étincelle  ...Non non non !!! Ce n'est pas ça !
    
    
    Sepher yetsirah
    
       1. Kether - Couronne - Unité  ... Solitude
       2. chokhma - Sagesse  ... immobilisme
       3. Bina - compréhension - Intelligence ... folie
       4. hessed - Clémence ... faiblesse
       5. Guebhoura - Rigueur ... Austérité
       6. Tiph'ereth - Beauté ... Vanité 
       7. Netsa'h - Victoire ... arrogance
       8. Hod - Gloire - Splendeur ...Déception
       9. Yessod - Fondement ...Obscénité
      10. Malkhouth - Royaume - stabilité - discernement ...Toucher le fond

     

    Journal de Gabriel

     

    ----------------------------

     

    Le Projet Phénix : Préparatifs
     

     

    Le jour de notre première mission fut un très grand jour pour nous tous.

    Excepté Karl, le seul adulte de l'équipe, aucun d'entre nous n'était jamais sorti du temple,
    je veux dire physiquement, bien sûr, c'est toujours difficile de retenir un médium entre quatre murs.

    Karl nous avait prévenu que deux autres équipes allaient se joindre à la nôtre.
    Elles devaient assurer notre transport et notre protection ainsi que nos soins, le cas échéant.
    Lorsque l'on vous parle de soins et de protection alors que vous n'avez jamais mis un pied dehors,
    vous ne vous sentez pas tranquille. Un trouillard comme moi se pose vite des questions sur les gens
    de l'extérieur.
    Sont-ils tous de dangereux psychopathes ? Ou bien des cannibales affamés qui veulent vous voir mourir dans d'atroces souffrances ?
    Je ne suis pas un combattant moi ! Je n'ai pas de pouvoirs qui réduisent les gens malvaillants en petit
    tas de cendres, alors je dois faire au mieux pour survivre en serrant les fesses et en rasant les murs.


    La première de ces deux équipes ne fut pas longue à attendre. Les Séraphins, car tel était leur nom, était notre
    équipe de soutien. Elle était composée de seulement trois membres :

    - Clarisse Clearwater, leur chef d'équipe, était notre médecin du corps. C'était une adulte tout comme Karl,
    mais son regard et ses gestes étaient d'une grande douceur. Elle pouvait vous guérir rien qu'en caressant
    vos plaies, fractures, entorses, perforations en tout genre, jusqu'à un certain point, bien sûr...et toute
    autre blessure non mortelle .
    Honnêtement, bien qu'il n'était en rien prévu de partir en guerre, c'était tout de même rassurant d'avoir
    Mlle Clearwater à nos côtés.

    - Térésa Martin, était quand à elle, notre médecin de l'esprit. C'était en fait une télépathe d'un très bon
    niveau dont les facultés avaient été orientées vers la guérison de la psyché, pourtant ça ne l'empêchait pas
    de temps à autre, "d'écouter aux portes", comme ils disent chez eux.
    Elle aussi était une adulte, voir même âgée . Il était étonnant d'ailleurs, aux vues de ses nombreuses années
    d'expérience qu'elle n'ait pas été placée à la tête de cette équipe. Par contre à l'instar de Simon, je ne
    comprenais pas son utilité dans cette mission. En effet, aux dernières nouvelles on partait juste faire une
    expédition archéologique.

    - Quand au dernier, il se nommait Stewart McKenzie et il n'avait rien à voir avec le domaine de la médecine.
    Il s'agissait en fait de notre "moyen de transport". Ce garçon maigrelet, aux taches de rousseur prononcées et âgé d'une douzaine d'année était un téléporteur de groupe longue distance. Son don était paraît-il, si incroyable qu'il lui permettait de se téléporter n'importe où dans le monde à condition de bien visualiser l'endroit d'arrivée,
    sinon attention à l'atterrissage. J'avais entendu dire qu'il était capable d'aller bien au-delà des barrières de
    notre planète, mais les ragots vont toujours bon train quand on ne sait rien.

    Nous eûmes à peine le temps de faire connaissance avec les Séraphins que l'équipe suivante, celle des Gardiens, arriva.

    A sa tête Lin Yao Tsing, télékinésiste de grand talent et adulte comme la plupart des chefs d'équipe.
    Son regard froid et inquisiteur, ne laissait aucune place pour les faux pas. D'ailleurs son équipe était
    tirée à quatre épingles et ne bronchait pas un mot. Alignés, la tête haute et le regard fixe, ils étaient au
    garde à vous, prêt à obéir aux moindres de ses aboiemments.
    Ce spectacle aurait été très rassurant si dans leur rang je n'y avais pas reconnu deux ou trois brebies galeuses.
    Je ne savais pas où ils avaient été les chercher, mais encore une fois la sélection de ses membres m'échappait.
    J'y reconnaissais  un tortionnaire, un assassin et un cafteur, c'était un bon début n'est-ce pas ?
    Incroyable ! Comment pouvait-on partir l'esprit serein avec de tels protecteurs ??
    C'est pas comme si on avait été à court de combattants tout de même.

    J'avais connu le premier, Akim Al-Hazhred, avant d'avoir eu mon pouvoir de médium. Bien qu'il ait été plus âgé
    que moi, on nous avait mis dans la même section. Cet endroit était un lieu pour tout ceux qui n'avaient pas encore développé leur talent et comme il  était le plus grand, il en profitait pour martyriser les plus petits ...
    comme moi. Il aimait, tout particulièrement terroriser ceux que l'on appelait "les Déformés". Il s'agissait d'un surnom un peu humiliant, qui circulait dans les couloirs du Temple. Il regroupait tous ceux qui ne rentraient pas dans la norme physique "habituelle", tous ceux qui n'avaient pas une apparence "humaine normale".
    Voyez-vous certains pourraient trouver qu'avoir des ailes, comme moi, c'était plutôt mignon, mais bon apparemment ce n'était pas du tout son cas. C'est sûr je n'avais pas été le plus à plaindre et je me rappelais un certain Pablito Sanchez, une sorte d'enfant poulpe, qui avait bien ramassé pendant toute la période où Akim y avait séjourné. Quand j'y repense, je voudrais n'
    avoir jamais vécu cette période difficile.

    Le second, Thomas Blanchard, je ne l'avais jamais rencontré . Mais certaines rumeurs couraient sur lui, il aurait dans un excès de folie, tuer ses parents. A l'aide de son pouvoir, ils les auraient vidés totalement de leur sang. Ca faisait froid dans le dos. Bien sûr ce n'était que des rumeurs mais son regard halluciné en faisait flipper plus d'un, quand à sa faculté à contrôler le flux sanguin elle ne le rendait pas plus populaire.

    Heinrich der Hasenfub, dit le cafard. Vous avais-je déjà dit à quelle point j'avais une affinité toute particulière avec les télépathes ? Non ?? C'est ironique bien sûr, mais c'est à lui que je la dois.
    C'était la pire vérole que je n'avais jamais connue, toujours à faire des coups en douce ou à fouiller dans votre esprit pour vous y arracher quelques petites faiblesses inavouables.
    Il m'avait balancé plusieurs fois auprès des instructeurs, pour avoir eu des pensées contradictoires avec les règles du Néo-Temple, ce qui m'avait valu une surveillance intensive de leur part et deux ou trois autres petits désagréments.

    Quand aux autres membres de l'équipe, je ne les connaissais pas, mais s'ils avaient été comme les trois premiers, ça aurait pu être un joyeux bordel.

    Il y avait M'la Solé dit "Soleil Noir" grande et sculpturale, elle était capable de projetter de sombres flammes noires faisant tout fondre sur leur passage sans le moindre dégagement de chaleur. Son visage impassible la rendait froide et ténébreuse.
    Ensuite il y avait Ryan Knight, son truc à lui, c'était la destruction. Son rayon dévastateur désintégrait tout ce qu'il touchait, mais à première vu il semblait relativement sympa.
    Et pour finir, Nikos Isadoris, l'absorbeur d'énergie. Une fois bien chargé, il devenait une vraie petite centrale nucléaire sur pattes.

    Après avoir reçu les dernières consignes de Karl, tout le monde était fin prêt pour le départ.

    Nous nous rassemblâmes autour de Stewart et celui-ci déchira l'espace pour nous téléporter à l'endroit de notre
    première mission.
     
    Notre destination :  la Grèce, sur le site appelé : les Météores.

     

     

     

    Journal de Gabriel

     


    Projet Phénix : Les Von Mayer

     

    Quelques semaines avant notre départ pour la Grèce, on m'avait demandé d'étudier un objet particulier. Les Autorités du Néo-Temple venaient de faire l'acquisition d'une montre à gousset toute cabossée et pour je ne sais quelle raison, ils pensaient qu'elle devait renfermer des informations importantes pour l'avancée du Projet Phénix.

    Au cours de mon analyse, j'avais vu que notre Ordre ne l'avait pas acquise très légalement. Je n'avais pas été surpris de voir notre fameux Karl manipuler son propriétaire afin de la lui subtiliser. Mais il faut reconnaître que je commençais à en avoir l'habitude.

    Le véritable et dernier possesseur de cette montre avait été un certain François Von Mayer. Elle avait été dans sa famille pendant plusieurs générations, et ne marchait plus depuis la seconde guerre mondiale.
    Monsieur Von Mayer avait eu une vie plutôt banale pour un humain. Résidant français depuis plus de vingt cinq ans, il avait passé une bonne partie de son enfance en Allemagne. Plutôt lymphatique, il avait eu un mariage plus ou moins réussi avec une femme plutôt volage, ainsi que 2 enfants méprisants et peu reconnaissants. Il avait toujours trouver son métier de conducteur de train à suspension d'un ennui mortel, mais n'avait jamais eu le courage d'en changer. Le manque d'émotion dans sa vie rendait les recherches plutôt difficiles, et aucun indice flagrant ne m'apparut. J'avais commencé à me demander comment certaines personnes pouvaient passer leur vie à vivre sans aucune émotion, dans la banalité la plus totale. C'était navrant !

    J'avais donc décidé de continuer en creusant un peu plus profondément dans la génération précédente celle de Friedrich Von Mayer, le père de François. Mort d'un arrêt cardiaque à cinquante sept ans, il avait grandit avec le manque permanent d'un père qu'il n'avait jamais connu. Friedrich était né durant les débuts de la Seconde Guerre Mondiale en Allemagne. Son père Wilhelm Von Mayer alors médecin, fut appelé sous les drapeaux de la Wehrmacht en tant que Hauptmann mais ne revint jamais. Sa mère Frida avait réussi à l'élever grâce au soutien sans faille de son beau-père, le célèbre violoniste Ulrich Von Mayer. Mais grandir sans un père n'est pas une chose facile et grandir sans savoir pourquoi l'est encore moins.
    La guerre était finie depuis six ans lorsqu'un homme vint frapper à la porte des Von Mayer. Il prétendait avoir bien connu Wilhelm pour avoir servi sous ses ordres. Après les avoir cherché pendant tout ce temps, il avait réussi à les retrouver et était là afin de leur remettre les derniers effets personnels du Hautpmann. La famille désemparée, avait voulu savoir ce qu'il lui était arrivé, n'ayant eu aucune nouvelle depuis des années, l'homme leur avait raconté tout ce qu'il savait, de leur Campagne en Grèce jusqu'à son décès sur le front russe. Bien qu'elle s'en doutait, la famille Von Mayer avait été effondrée par cette terrible nouvelle. Il avait essayé cependant, de les réconforter en rajoutant que Wilhelm était mort en héros. C'était en portant secours à un
    camarade blessé, qu'un éclat d'obus avait volé sa vie. L'homme avant de partir avait remis à Friedrich cette montre brisée durant l'explosion et une photo de Wilhelm posant en tenue militaire, devant une fresque, prise durant leur Campagne en Grèce. Friedrich avait gardé toute sa vie ces deux objets comme si ça avait été de saintes reliques. J'avais bien connu ce genre de moment là et ça me faisait tellement de mal que je n'avais pas pu continuer à regarder cette vie.

    J'arrêtais donc là mon investigation dans la vie de Friedrich.
    Ne voulant pas voir, non plus, les détails de la guerre et ses charniers dans la vie de Wilhelm, je sautais directement à Ulrich Von Mayer. De toutes façons, j'avais appris à reconnaître "la signature" des Milléniums quand elle s'y trouvait, et là je n'avais rien vu.

    Ulrich Von Mayer avait été le premier possesseur de cette montre. Homme de culture et de goût, il avait fait parti de l'orchestre philharmonique de Berlin en tant que violoniste durant les années 20. En raison de son affinité avec son grand ami le chef d'orchestre Wilhelm Furtwängler il en avait donné le nom à son fils. Ulrich et Wilhelm étaient des amis d'enfance de par leur pére respectif .En effet ceux-ci enseignaient tous les deux à l'université de Munich et se fréquentaient régulièrement. Tandis que le père d'Ulrich enseignait la musique, le père de Wilhelm, quand à lui enseignait l'archéologie et l'histoire de l'art. Ce dernier aimait d'ailleurs, raconter des histoires ou des anecdotes sur les fouilles qu'il avait effectuer en Grèce, durant les grands repas que les
    deux familles partageaient...

    ...Et pim ! C'est là que ça m'avait fait tilt ! La Grèce revenait encore une fois et cette répétition m'avait sorti de ma torpeur.
    Certes ça n'était qu'une coïncidence, mais d'un seul coup je m'étais souvenu de cette photo de Wilhelm, gardée si précieusement par son fils Friedrich, celle-là même qui lui avait été remise avec la montre. Au dos de celle-ci j'y avais lu un texte en allemand " Les Météores, Campagne en Grèce 1941 ".
    Je n'y avais pas vraiment prêté attention la première fois car la photo était un peu floue mais on pouvait voir Wilhelm posant devant une fresque murale antique dans ce qui paraissait être une grotte. Peut-être était-ce ça après tout l'indice que je recherchais ? Afin de m'en assurer, j'étais retourné arpenter la vie de Wilhelm. Tout en essayant d'échapper aux moments difficiles de sa vie, je fini par trouver cette fameuse période.
    Durant la campagne contre la Grèce, l'armée allemande était venue prêter main forte à leurs alliés, les Italiens. Ceux-ci ayant rencontré des difficultés contre une armée grecque trop résistante, avaient battu en retraite sur le territoire de l'Albanie. Avec une armée bien supérieure à celle de la Grèce, la Wehrmacht brisa la résistance et envahie le pays. Elle installa l'un de ses QG, dans un des monastères du site des Météores, près de la ville de Kalampaka.

    Wilhelm était en poste comme médecin de garde dans l'un d'eux et un soir où il était sorti fumer sa cigarette, le hasard lui fit faire une bien étrange découverte. Les bombardements incessants qui avaient eu lieu peu de temps auparavant, avaient eu pour conséquence de fragiliser l'édifice. Pensant se détendre un peu, il s'appuya contre un mur trop fragilisé et passa au travers. Les sentinelles qui effectuaient leurs ronde, accoururent croyant que l'ennemie avait investi les lieux. A la place ils découvrirent le Hauptmann Von Mayer évanoui
    sous les décombres d'un tas de pierres, ainsi que l'ouverture d'une sombre entrée. Lorsque Wilhelm revint à lui, il aperçu ce que le mur avait caché. En éclairant l'intérieur de la cavité, ils virent des marches qui descendaient dans une profonde obscurité. Piqué par la curiosité Von Mayer entreprit de découvrir où menait cet escalier. Il ordonna à l'une des sentinelles de rester à l'entrée tandis que l'autre viendrait avec lui. Après une descente d'une dizaines de minutes, ils arrivèrent en bas, dans une salle appartenant à une grotte naturelle.
    Celle-ci devait bien mesurer dans les quinze mètres de diamètre, avec une hauteur de plafonds de six mètres, mais avec le faible éclairage qu'ils possédaient, ils n'en étaient pas tout à fait sûrs. Certes ça n'était pas une salle énorme de par sa taille mais la fresque qui en recouvrait ses murs l'était quand à elle.

    Et voilà c'était là ! C'était la fresque de la photo ! Maintenant que je la voyais en "esprit", je ne pouvais pas encore confirmer son origine mais elle semblait très ancienne. La plupart des textes encore visible étaient écrit en grec ancien, mais par-ci par-là des symboles Milléniums que j'avais déjà vu, se confondaient avec la fresque.
    Moi, il fallait bien l'avouer, à cette époque,je n'y connaissais pas grand chose. Ce ne fut que plus tard et grâce aux enseignements d'Antinisca Rosi que je pu le traduire, du moins pour la partie qui n'avait pas été abîmée, car sans l'aide d'Olivia Dante et de son pouvoir réparateur le sens du texte en aurait été tout autre. En effet le texte à de nombreux endroits avait été gratté, comme si quelqu'un avait intentionnellement voulu effacer certains passages. Sans doute cela expliquait-il la raison pour laquelle l'accès à cette grotte avait été muré.

    C'est lorsque je fis mon rapport à Karl, qu'il décida de rassembler les équipes et de partir sur place dans les plus brefs délai. Une fois là-bas il était convaincu que cette fresque nous permettrait d'aller plus loin dans nos recherches.
    Je crois que c'est surtout là que tout a commencé. Par la suite tout alla si vite et la Mort nous ouvrit si chaleureusement ses bras.
     

    Journal de Gabriel